La semaine Sainte est la conclusion et l’aboutissement des quarante jours de Carême. Elle débute avec le dimanche des rameaux, célébration de l’entrée du Christ dans Jérusalem. Le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et le Samedi Saint ne forment qu’une seule et même célébration répartie sur trois jours. Par cette liturgie, Dieu nous conduit dans le mystère de la Passion, de la mort et de la Résurrection de son Fils, c’est-à-dire sa Pâque.

Les horaires des célébrations de la Semaine Sainte

Vous retrouverez l’ensemble des horaires des célébrations de la Semaine Sainte et de Pâques sur les sites des paroisses et sur le service en ligne MessesInfos :

Les temps forts de cette semaine

Cette semaine s’articule surtout autour de trois jours : le jeudi, le vendredi et le samedi. On appelle ces trois jours le triduum pascal. C’est aussi durant cette semaine que l’on célèbre la messe Chrismale.

Le Jeudi Saint

Ce jour est marqué par deux gestes d’amour du christ : le lavement des pieds et l’eucharistie.

  • Le Lavement des pieds est le signe du service et de la charité du Christ “venu non pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude” (Mc 10,45). Ce geste était habituel dans un pays où l’on devait se rafraichir avant de passer à table. On passe d’un geste corporel à un signe théologique, un exemple que les disciples devront suivre, aimer jusqu’au bout à l’image du Maître.
  • Le partage du Pain et du Vin, célébré dans le souvenir de l’événement fondateur de la Cène, souligne deux aspects de l’acte sacramentel. Premièrement, le repas célébré en mémoire du Christ sera désormais le signe sacramentel de sa présence. Deuxièmement le prêtre agira en la personne du Christ et en son nom. En chaque célébration, l’assemblée vit ce que le Christ a fait au soir de la Cène et c’est lui qui parle par la bouche du prêtre : “Ceci est mon Corps, prenez et mangez, ceci est mon Sang, prenez et buvez, faites ceci en mémoire de moi”. Le “Amen” traduit l’adhésion personnelle au Christ et l’acte de foi en l’Église, un peuple de frères appelés à vivre ensemble la mission d’évangélisation.

Le Vendredi Saint

Le vendredi est le jour de la croix, vénérée après la lecture de la passion du Christ.

  • C’est un geste unique dans l’année liturgique. Les chrétiens se prosternent et embrassent la Croix. Ce jour-là, le temps est comme suspendu, arrêté sur l’événement du calvaire. Les chrétiens vivent spirituellement le mystère du calvaire ; c’est comme si ils y étaient présents. L’Adoration de la Croix dit l’actualité du salut car c’est aujourd’hui que l’amour livré est offert à tous. Tout le monde peut participer à cette célébration pour se laisser toucher par Jésus offrant son amour.
Le Christ en Gloire
Vitrail du XVè siècle - rosace Nord de la Cathédrale d’Angers

Le Samedi Saint

C’est lors ce la veillée que se vit le moment le plus fort mais aussi le plus mystérieux de toute la liturgie. On y retrouve les signes de la lumière de la parole de Dieu, de l’eau ainsi que l’Eucharistie.

  • C’est dans la nuit du samedi que les chrétiens se rassemblent autour d’un feu. La flamme est prise pour allumer le cierge pascal, signe du Christ lumière surgissant de la mort.
  • Le deuxième signe est celui de la Parole de Dieu. L’Église écoute et chante les merveilles que Dieu a réalisées depuis la Création initiale de la Genèse jusqu’à l’Évangile de la Résurrection en passant par le récit de la mer Rouge.
  • Le troisième signe et celui de l’eau qui, après la bénédiction, va servir à célébrer les baptêmes et à renouveler les promesses baptismales des chrétiens. En la nuit de Pâques chacun revit son baptême et rend grâce d’être fils de Dieu.
  • Le quatrième signe est, de nouveau, celui du Pain et du Vin car tout s’achève dans l’eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne. Les chrétiens communient à la vie du Christ ressuscité, ils ne font qu’un avec Lui.

Les traditions et symboles populaires

Les Oeufs

L’oeuf, qui porte l’embryon, symbolise l’immortalité. Dans l’Antiquité, les Perses teignent des oeufs en rouge pour fêter le nouvel an qui commence avec le printemps. Plus tard les chrétiens conservent ce symbole pour célébrer Pâques, la fête de la résurrection du Christ. La coutume d’offrir des oeufs colorés se développe à partir du XIIIe siècle. La tradition des oeufs en chocolat apparaît vers la fin du XIXe siècle lorsque les confiseurs parviennent à en maîtriser le moulage.

Les cloches

À partir du Jeudi saint et pendant les trois jours qui précèdent Pâques, les
cloches des églises se taisent. Ce silence marque une période de recueillement
et d’attente autour de la crucifixion du Christ. On explique alors aux enfants que les cloches sont parties pour Rome d’où elles reviendront dans la nuit de Pâques chargées d’œufs en chocolat qu’elles déposeront dans les jardins… Au XVe siècle certaines régions de l’Est à majorité protestante remplacent les cloches – et leur retour de Rome la catholique – par le lièvre ou le lapin, animaux prolifiques symbolisant l’abondance et le renouveau. D’autres régions choisissent d’autres animaux familiers tels la poule au Tyrol et au Québec, le coucou en Suisse… et bien entendu la cigogne en Alsace !

L’agneau pascal

Le jour de Pâques on sert à table de l’agneau, symbole d’innocence et de soumission à la volonté de Dieu. Puisant ses racines dans la tradition juive du sacrifice d’un agneau dans chaque famille le jour de la pâque, l’agneau pascal évoque le Christ “Agneau de Dieu, Fils du Père, qui enlève le péché du monde…”.

Radio : les offices particuliers Semaine sainte

Signification des liturgies chrismales par le P. Daniel Richard, Cérémoniaire de l’évêque

Les offices particuliers de la Semaine sainte : un reportage de RCF Anjou à écouter.